Err

Autisme - Asperger - TSA - Handicap

Pourquoi une personne se mord, mord les autres ou met des objets à la bouche ? Doit-on l'en empêcher ? Peut-on réduire les comportements d'autostimulation ou les contrôler ? L'autostimulation prends des formes diverses. Un même geste peut avoir plusieurs significations, et les différences d'une observation à l'autre sont souvent à peine perceptibles : une intensité plus modérée ou à l'inverse plus prononcée, l'augmentation du mouvement, un changement de variation sonore... 

Ce qui explique l'autostimulation en générale, c'est un lien entre la dimension tonique (langage du corps) et la dimension émotionnelle. Chez les personnes autistes, l'équilibre entre les mouvements et les émotions (ou désir d'action) est inadapté. L'autostimulation devient alors "une solution de secours" pour organiser les stimuli.

Les stéréotypies d'autostimulation sont stabilisatrices pour une personne avec autisme.

  • Le trouble alimentaire

Dans un premier temps, il convient de s'assurer que le comportement observé relève de l'autostimulation et non du trouble alimentaire. Un orthophoniste peut vous aider à détecter si un besoin de mastication correspond à un comportement alimentaire. Le bilan orthophonique permettra de définir la nature des difficultés et de les replacer dans un contexte développemental. Une altération du fonctionnement de la mastication peut avoir certaines incidences auxquelles vous devez remédier (digestion, dentition...) Une sélectivité alimentaire dûe au goût, à la couleur, à la texture, liée aux difficultés de généralisation et à l'intolérance au changement pourra compliquer grandement la diversité alimentaire. Vous pouvez retrouver notre précédente publication sur les troubles alimentaires.

Il ne s'agit pas toujours d'un trouble de l'alimentation, mais bien souvent d'autostimulation. (stéréotypie) 


  • 1 Contrôler une émotion

Ce peut être la joie, la peur, l'anxiété, le plaisir, l'ennui... Les émotions positives comme négatives peuvent déclencher une forte autostimulation, comme le fait de sauter, de battre des mains ou de mordre. 

  • 2 Maintenir une concentration

Lors d'un apprentissage, l'autostimulation pourra aider une personne à tenir sa concentration plus longtemps. L'autostimulation aura alors un role d'amélioration de la qualité de vie et de l'autonomie. 

  • 3 Eviter une surcharge sensorielle (ou assurer un retour calme)

Basée sur la théorie de l'Intégration Sensorielle (Kane, Luiselli, Dearborn & Young, 2004), la pression exercée par les molaires arrières sur un outil à mâcher procurera à la personne une pression profonde (proprioception). Cette technique peut aider une personne avec autisme à intégrer des données sensorielles.


  • Témoignage

« Enfant, j’adorais lécher divers trucs dont ce n’était pas la destinée d’être parcourus par de la salive. Je me rappelle particulièrement bien du goût des pièces du jeu de scrabble. Il me fascinait. De jolis morceaux bien carrés, symétriques et ornés de lettres. C’était si esthétique, je ne pouvais m’empêcher d’y goûter. [...] D’avoir l’air étrange m’importait peu. Cette manie inappropriée a passé avec le temps. L’autostimulation orale n’est pas un comportement acceptable. »  Témoignage d'une Asperger.

Vouloir supprimer totalement une stéréotypie n'est pas une solution. Elle pourraient être remplacée par une autre, qui pourrait être pire que la précédente. L'autostimulation est un besoin essentiel et fait partie du développement. Elle prépare aux apprentissages et constitue la base de la découverte. Elle pourra être régulée et structurée si elle entrave l'apprentissage et/ou le quotidien, ou encore comme dans cet exemple devient socialement inappropriée.

  • Trouver la source et évaluer 

La plupart du temps, l'autostimulation constitue un "comportement-langage" qu'il est utile de repérer (fréquence, envirronement, personnes, douleur...). L'observation permettra de décoder, au plus près, les demandes qu'elles expriment. Ces « comportements langage », en effet, peuvent avoir plusieurs rôles : Signifier une incompréhension, se sécuriser, procurer un plaisir ou signifier un déplaisir, combler l'ennui... Vous pouvez par exemple, noter dans un petit carnet, pendant quinze jours, vos observations pour déterminer si ces manifestations sont stables. Il est important de connaître la fréquence d'apparition de ces manifestations comportementales pour, plus tard, mesurer l'efficacité des aménagements mis en place.

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

Bâtonnet de stimulation oro-faciale

Voir la fiche article

Penser en images

Voir la fiche article

Kit 3 brosses à dents

Voir la fiche article

Temple nous parle...

Voir la fiche article

Brosses de stimulation buccale

Voir la fiche article

Ben et les habiletés sociales : la sensorialité

Voir la fiche article

  • Structurer si besoin le comportement d'autostimulation

Si le comportement d'autostimulation est "perturbateur", n'hésitez pas à fournir à la personne la stimlulation nécessaire pour qu'elle réalise correctement l'activité. Par exemple, si la personne a besoin de plus de sensations tactiles pendant le brossage des dents, fournissez-lui une brosse à dent électrique. En effet, les vibrations de la brosse à dents electriques vont combler son besoin de stimulation sensorielle.

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

Embout de stylo à mâcher

Voir la fiche article

Picture this Pro.

Voir la fiche article

Bracelet à mâcher

Voir la fiche article

Pendentif à mâcher plaque militaire

Voir la fiche article

Aider son enfant autiste

Voir la fiche article

Chewy Tube Lettres P&Q

Voir la fiche article

Time Timer plus

Voir la fiche article

Pendentif à mâcher turquoise

Voir la fiche article

Tiges à mâcher

Voir la fiche article

Favoriser l'attention par des stratégies sensorielles

Voir la fiche article


Les informations contenues dans ce document sont données à titre de simples conseils et ne représentent en aucun cas une définition et une prise en charge unique de l'autostimulation  orale. Il s’agit de pistes de réflexion, d'un point de départ pour mettre en place des stratégies qui aideront les personnes s'autostimulant. L'utilisation des outils sensoriels doit être encadrée. Ce ne sont pas des jouets, ni des gadgets pour s'amuser. Leur fonction doit être définie et leur emploi expliqué à la personne qui va les utiliser.

Sources :