Err

Autisme - Asperger - TSA - Handicap

"J'éprouvais, et ce depuis toujours pour autant que je m'en souvenais, une grande frayeur des bijoux. Cette crainte s'étendait aussi aux barrettes et aux boutons de métal. Je les trouvais effrayants." Extrait d'Une personne à part entière de Gunilla Gerland.

Les émotions des personnes atteintes d'un trouble du spectre autistique font partie d'un des plus grands mystères de l'énigme de l'autisme. N'est-il pas étrange qu'une personne soit complètement paniquée à la vue de la couleur rouge ?

Les personnes avec autisme ont bel et bien des sentiments, mais leur monde émotionnel ressemble très peu au nôtre. Elles ont besoin d'enseignement et d'accompagnement pour apprendre à être touchées par un monde qu'elles perçoivent comme incohérent et confus. 

Si les personnes avec autisme expriment leurs émotions autrement, elles expérimentent également leurs propres sentiments différemment. Cela vient du fait qu'elles ont des problèmes pour voir comment une sensation corporelle est liée ou non à un sentiment. Les recherches actuelles sur les compétences des personnes atteintes d’autisme montrent des difficultés dans leur cognition sociale concernant les émotions. Les personnes avec autisme peineront ainsi dans l'attribution d'une émotion en fonction du contexte et des évènements.

  • Une émotion non reconnue par le cerveau

Parfois le cerveau ne reconnait pas le sentiment ressenti. Il y a bien une émotion mais comme le cerveau ne peut donner aucune signification à cette expérience corporelle, il est très difficile pour la personne de communiquer clairement sur le sujet. On parle alors de Sur-régulation des émotions.


  • Penser OU ressentir

Le cerveau peut aussi faire passer le sentiment perçu au total premier plan et l'amplifier au maximum. C'est alors le déluge émotionnel. Une simple déception dans le travail par exemple peut alors être vécue comme un véritable marasme de tristesse ou de colère. La personne est accaparée par son sentiment et semble aveugle aux autres éléments de son entourage. Il semble que penser et ressentir simultanément soit parfois compliqué pour les personnes avec autisme. Soit l'émotion submerge la personne qui ne peut pas traiter la partie cognitive liée ; soit elle pense (partie intellectuelle) et n'a donc aucun espace pour expérimenter l'émotion au sens corporelle du terme.


  • La méconnaissance du contexte

Dans d'autres cas, le cerveau fait erreur, soit en donnant une mauvaise signification à une expérience corporelle, soit par méconnaissance du contexte lié à celle-ci. C'est ainsi que Donna Williams dans son ouvrage "Si on me touche, je n'existe plus" disait : "Si je vois quelqu'un pour qui je ressens une profonde affection, mon corps réagit. Mon cœur bat la chamade et ma respiration devient plus profonde. Si mon cerveau associe la formule "rythme cardiaque qui s'accélère + respiration plus profonde" avec angoisse et qu'il connaît en outre la formule qui dit "en cas d'angoisse, tu dois soit t'en aller, soit attaquer", je réagis alors d'une toute autre manière".

L'apprentissage des émotions de base est une étape primordiale pour avancer par la suite correctement. La personne doit pouvoir reconnaitre les émotions sur les visages, les associer à un contexte mais aussi les reconnaître en elle.

Ce témoignage de Josef Schovanec montre à quel point la façon de ressentir des personnes avec autisme est décalée, mais néanmoins bien réelle, même si elles ne répondent pas aux codes sociaux.

  • Activité 1 

Jeux de reconnaissance des expressions par catégorisation avec des masques, des visages présentant différentes expressions... L'apprentissage des émotions de base par le mime, la vidéo permettra d'apporter un bon complément quant à la communication non verbale.

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

  • Activité 2

L'utilisation des scénarios sociaux enseigne la reconnaissance des émotions que peuvent éprouver les autres ou encore des comportements de substitution à adopter. Ils décrivent des situations sociales qui représentent des difficultés pour les autistes en faisant ressortir les indices pertinents et en leur proposant des réponses plus appropriées.

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

  • Activité 3

Pour aider la personne à repérer les indices physiques traduisant le stress, l'anxiété ou la colère, il est possible d'utiliser le corps humain comme support. Les sensations nous renseignent sur nos émotions qui elles-mêmes nous renseignent sur des besoins non satisfaits. Apprendre à une personne autiste la vigilance quant à ces émotions douloureuses, désagréables en partant des sensations lui permettra d'agir sur les événements quand ils sont contrôlables ou d'agir sur ses émotions quand ils ne le sont pas.

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

  • Activité 4

Mis en place d'un plan anti-débordement afin que la personne puisse comprendre et assimiler que les émotions fortes se poduisent à un moment précis. Ce plan pourra être consulté pour montrer à la personne qu'elle est sur le point de déborder et qu'il faut qu'elle recourt à une stratégie mise en place pour revenir au calme. (s'isoler dans un coin calme, manipuler un fidget...)

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

Ben et les habiletés sociales : la gestion des émotions

Voir la fiche article

Retour au calme

Voir la fiche article

Balle arc-en-ciel

Voir la fiche article

Oeuf à malaxer

Voir la fiche article

Idéomodule Je suis calme

Voir la fiche article

La gestion des émotions est étroitement liée à l'expression des émotions et à l'échange avec les autres.

La gestion des émotions correspond à la capacité d’un individu à comprendre et à accepter son expérience émotionnelle, à recourir à de bonnes stratégies pour gérer ses émotions désagréables lorsque c’est nécessaire, et à adopter des comportements appropriés lorsqu’il est triste. Le contexte fait partie du champ conceptuel des émotions : en effet, celles-ci surviennent la plupart du temps en conséquence à un évènement particulier.

  • L'importance d'une compréhension du contexte

Une étude neurobiologique a montré que lorsqu'elles observent les visages, les personnes avec autisme utilisent souvent des zones du cerveau qui sont normalement sollicitées pour voir les objets au lieu d'utiliser les zones habituelles pour observer les visages. Ce sont donc des exercices d'entrainement et d'apprentissage qui permettront de remédier à ce problème, notamment par la construction du contexte. Certaines personnes ont besoin de « comprendre qu’autrui peut percevoir autre chose que ce que l’on perçoit". Travailler autour du contexte permet ainsi de donner à la personne avec autisme des indices pour décoder ses propres états mentaux et ceux des autres. Il est donc possible d’aborder cette composante :

- en réalisant un cahier d'observation des émotions personnel permettant d'analyser le contexte et les effets ressentis.

- en proposant des exercices d'association entre évènement et émotion qui proposent à la personne de trouver l'émotion que va ressentir le personnage après avoir reconstitué un évènement dans l'ordre chronologique.

ARTICLES LIES :

RESSOURCES :

La pensée autistique : contexte et compréhension

Voir la fiche article

Guide de survie de la personne autiste

Voir la fiche article

Mets-toi à ma place

Voir la fiche article

Attitudes positives : affection, santé sécurité

Voir la fiche article

Apprendre aux enfants autistes à comprendre la pensée des autres

Voir la fiche article

Cahier apprendre aux enfants autistes à comprendre la pensée des autres

Voir la fiche article

Attitudes positives : tolérance et coopération

Voir la fiche article

  • La communication d'une émotion

L'utilisation des pictogrammes peut aider grandement une personne même verbale, qui, submergée par une émotion ne pourra utiliser la parole.

Une des caractéristiques principales de l'autisme porte sur les déficits quantitatifs sur le plan de la communication. Il est donc prévisible que le développement de l'expression des sentiments chez les personnes avec autisme diffère par rapport au modèle standard. Les personnes avec autisme expriment leurs sentiments d'une manière spécifique et particulière même à l'âge adulte.

Bingo : le son des émotions

Voir la fiche article

Les compétences d'autonomie quotidiennes et les règles de comportement

Voir la fiche article

  • Adapter l'environnement

Avant toute intervention il sera primordial de mettre en place dans le quotidien de la personne une structure du temps. Cet environnement organisé fournira un cadre apaisant permettant ainsi une meilleure canalisation des émotions. Si la personne ne comprends pas ce qu'on lui dit, cela peut l'angoisser et rendre encore plus difficile l'expression d'une émotion. Les notions abstraites (comme le temps) et les concepts complexes (danger par exemple) devront être abordés en parallèle de manière à s'assurer que la personne comprends ce qu'on veut lui dire.


Les informations contenues dans ce document sont données à titre de simples conseils et ne représentent en aucun cas une liste formelle et exhaustive de ce qu'est la gestion des émotions. Il s’agit de pistes de réflexion, d'un point de départ pour mettre en place des stratégies qui aideront les personnes en difficultés dans la gestion de leurs émotions. Une évaluation auprès d’un professionnel de santé ainsi qu’une documentation approfondie est bien sûre nécessaire.

Sources :